Biwi stars collected in way

06 mars 2010

i feel sad tonight...

Sometimes, we can't explain. The wheather is black and white... Grey.
A big bubulle don't help you to eat. It's not about a catastroph, not about some difficult thing happend, just a sadness...
Inside...
Like a sponge, impossible don't drink the water...
Only clouds, Even no thunderstorms... no rain... just cloud that we cannot see the sky...

To change my ideas...
For me first, and for you... maybe...
Seal

Posté par BiWi à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 août 2009

Rencontre furtive

Journée bien remplie... J'ai enfin reçu mon nouvel objectif, attendu avec patience puis impatience. Puis, j'ai filé au boulot, non sans faire un détour pour acheter Le Poète du Son... Quitte à faire des heures supp, autant les faire bien ! En sortant, allée voir à l'autre bout de la ville, dans un tout petit cinéma, Prend l'oseille et tire-toi.
Je découvre depuis peu, le charme des petits ciné... Un public différent, des films pas toujours grand public, un thème choisi... Vraiment sympa...
Mais je ne suis pas là pour parler de tout ça ! En rentrant chez moi, à toute bezingue, montée sur mon vélo, heureuse de sentir encore et encore le vent sur moi, j'avais envie de chanter. Comme ça, sans raison.
C'est là, le long du canal... J'ai croisé un jeune homme. Enfourché sur son vélo à l'arrêt. Blond roux, à lunette, barbe naissante. Vêtu comme seuls savent le faire les suisses quand ils vont faire une balade (en montagne, à vélo, peu importe : balade sportive) Un sac à dos rempli. Et fièrement sortant du sac, pointé vers le haut, un beau drapeau Suisse.
Je me suis souvenue que ce jour, c'est votre fête nationale. Je lui ai souris ! Il m'a sourit ! j'aurai pu lui lancer un "bonne fête". J'aurai pu m'arrêter, discuter avec lui. Juste pour ça ! J'ai voulu aller en Suisse pour la fête nationale cette année. ça ne s'est pas fait...
J'ai souris ! C'était beau, c'était simple...
J'ai souris ! Une réelle joie dans le coeur...
Des pensées multiples se sont envolées là-bas, vers vous tous que j'aime. Mes amis.
À vous tous qui me lisez, BONNE FÊTE

Posté par BiWi à 20:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 mai 2009

Orage

L'air est gras,jaune et électrique
Transpire et claque
Les odeurs montent
chaudes.
Le ciel
se vide de son eau.

Éblouissant, tout proche
Un éclair frappe le sol
C'est de la grêle qui tombe
Rythme sur la fenêtre

C'est déjà fini.
Morne et grise
la pluie s'agite.
Instant furtif
Instant magique.

Posté par BiWi à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2009

Je rêve, les yeux ouverts

Do, Ré, mi...
Danser comme ça, dans une gare en plus... Cette porte d'une ville. Amener de la joie sur les départs, de la joie sur les arrivées. Allez, pourquoi pas rêver un peu...
Un souvenir inoubliable pour les danseurs, un rire, un sourire pour les spectateurs...

Posté par BiWi à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2009

Risquer

IMG_0216Rire, c'est risquer de paraître fou.
Pleurer, c'est risquer de paraître sentimental.
Rechercher les autres,
C'est s'exposer aux complications.
Dévoiler ses sentiments,
c'est risquer de montrer sa vraie nature.
Traîner ses idées, ses rêves devant la foule,
c'est risquer de les perdre.
Aimer, c'est risquer de ne pas
Être aimé en retour.
Espérer, c'est risquer le désespoir.
Essayer, c'est risquer l'échec.

Mais il faut prendre des risques
Car ne rien risquer, c'est plus hasardeux.
Celui qui ne risque rien, ne fait rien, n'est rien.
Il peut éviter la souffrance et la tristesse
Mais il ne peut apprendre
Le vrai sens de ses sentiments,
Du refoulement, à la sublimation,
De l'amour de la vie.
Enchaîné par ses servitudes, il est esclave
Il a abandonné la liberté.
Seul celui qui risque et se risque est libre.

Albert Coccoz


Pour toi Laouen...

Posté par BiWi à 18:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Rions donc !

Posté par BiWi à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2009

Paris, une heure vingt. Quel beau quartier...

"Il fait nuit, encore nuit...
Attendre ?
Non !
Atteindre...
L'aube..."

En vélo j'ai parcouru les rues de ma ville. 1h20 ! En pleine nuit claire. Je sais qu'elles sont là, mais ne peux voir les étoiles (elles me manquent tant) Je ne vois pas le ciel, si ce n'est un noir orangé, une auréole... pas encore l'aurore. Il est trop tôt !
Depuis plus d'un mois, je n'étais pas monté sur un vélo. Trop froid. 1h20 ! Il fait ce soir, tout juste assez froid pour sentir la bise geler ses mains et son nez. Tout juste assez pour sentir la chaleur monter de mon coeur quand je force avec joie sur mes pédales.
En vélo j'irai vers l'aube. 1h20 ! Hiver... La nuit s'éteint tard... Mais je sais qu'elle ne peut durer infiniment. En vélo j'irai cette nuit... Jusqu'au bout... du monde... de moi... Jusqu'au port... Tout au bout... Je laisserai mon vélo sur un quai... Je monterai sur un bâteau, mon bonnet marin sur la tête... Pour aller plus loin encore.
En vélo, j'ai senti la bise. 1h20 ! Le froid fouetter mes joues. Mes mains s'accrocher au guidon. La joie monter d'un battement affolé. Monter les cotes, descendre les pentes. Un sourire et un chant...
Je suis sortie chercher la voie. Toute la nuit. 1h20 ! Je ne l'ai pas trouvée. Je suis en route... dessus ! En route vers... L'Aube.
En vélo j'irai, plus loin que le bout du bout... trouver la porte, entrer dans ce pays étrange, rejoindre Edmund... Trouver le jour. Je choisirai de vivre !

IMG_3240


En vélo, l'espoir est venu me chercher. ça n'est pas moi qui le trouve, mais lui qui vient à ma rencontre... dans mes errances entre les rues, à un feu rouge... au son d'une musique, il m'a rejoint. 1h20 ! Bientôt 2h du mat diraient d'autres... en route vers le jour.
En vélo ou en roller, en avion ou en métro, à pied ou en voiture, en moto ou en bateau... peu importe comment... Je me mets en route. Je pars... Le train de la vie m'attend. Demain le soleil se lèvera à 8h35 exactement !
En vélo, je l'ai déjà atteint. Plus qu'une étoile, plus qu'un soleil qui disparaît chaque soir... Cette nuit, la lune s'est levée à 00h34, elle se couchera à 11h12... Va savoir pourquoi... Même elle a besoin de repos !
En vélo, je rêve sous la lune... Elle est là, au dessus des rues... Elle, je peux la voir, loin dans le ciel orange. Lune gibbeuse... Elle se cache peu à peu... Au fond, ça n'est pas la lune, pas le jour que je cherche... mais la lumière !
En vélo, je hurle et je ris, je crie et je chante... Non rien ne m'arrêtera. Pas ce soir ! Pas cette nuit ! Je suis en route. Un arbre en travers du chemin ?... Je descendrai tranquillement (je n'ai pas un VTT, mais un vélib' dans les mains) et si l'obstacle est trop grand, je continuerai à pied... Et si mes pieds sont usés, je ferai du stop... Si mon pouce est cassé, j'irai encore.
En vélo, j'ai prié que mon coeur sois libre !

"...
Comme le jour qui se lève
moi je rêve à nouveau.
Et pour marcher sur l'eau
Je dois sortir du bateau..."

Posté par BiWi à 02:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2009

Écrit dans la nuit... dans la nuit de ma vie...

Blanc Paris
Dans la nuit
Plus un bruit
Plus un fruit

 

Crissement des pas
Dans la neige en bas
Fine pellicule sans vie
Fine pellicule d'envie
La neige en l'état
Dure. Ne s'en va
Plus

 

J'ai cherché
J'ai crié
J'ai pleuré
Dans le vide
J'ai prié
J'ai loué
J'ai donné

 

Blanc Paris
Dans la nuit
Pas un bruit
Sois le fruit

Posté par BiWi à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2008

Un peu de musique dans les yeux

Un peu de musique dans les yeux,
de rêves dans les mains,
et d'espoir dans le coeur

Laissez-vous transporter
Laissez-vous émerveille


Posté par BiWi à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2008

Voile, voile à tous vents...

FH000011Hors du temps
Dans le vent
J'ai vogué
Admiré

La nuit et le jour
Au milieu de l'eau
Calme ou agitée...

Nostalgie d'un temps hors du temps
Hors du temps
Dans le vent
Avec le vent
J'ai rêvé
J'ai aimé

Comment raconter un souvenir si dense qu'il danse encore en moi des milliers de temps après.

Première longue nav prévue. Rythme de quart.
Trois heures de sommeil, trois heures de quart.
Le temps coule sous la coque, sans bruit... Seulement les vagues contre l'alu, seulement le vent dans la grand-voile et le foc. Veille, car tu ne sais ni le jour ni l'heure... Veille et reste attentif. Avec le voilier, je laisse voguer mes pensées... au sommet des vagues ou dans les creux, je surfe avec elles. Avançant contre le courant, le nez au vent.
J'ai perdu mes notes. J'avais tout consigné précieusement. Aussi j'avance au gré des souvenirs. Le meilleur en quelque sorte, le plus fort...

Minuit, notre tour de quart à nouveau. Mon oncle nous réveille après un sommeil bien court. Habillés rapidement pour monter dans le cockpit (comprenez que le cockpit n'est pas une cabine, mais un lieu à exposé à tous les vents, juste un peu protégé par l'avant du bateau) et prendre le relais.
Je suis émerveillée. C'est une nuit nuageuse, une nuit de nouvelle lune. Le ciel est noir. Mais parfois des percées nous montrent une voute incroyablement belle... Loin des bruits de la ville, loin des lumières aveuglantes... Tout paraît plus proche, plus lumineux... plus fort aussi.
FH000010Emmitouflée dans mes pulls, cirés et gilet de sauvetage (il ne faisait pas froid cette nuit là) je me régale et mon coeur bondit dans ma poitrine. J'ai froid, juste un peu, mais je n'y penses pas. Je rêve les yeux ouverts ! Et pourtant, le plus beau n'est pas là où je l'attendais ! Le plus beau n'est pas dans les cieux. Il est dans la mer. Mer agitée cette nuit... Le voilier ballote en tous sens. Veille, attentive. Devant, derrière, sous le foc, à babord et à tribord... Veille aux rencontres.

La magie qui m'attendait dépassait tous mes espoirs...
Contre la coque, et dans le sillon du gouvernail, et aussi un peu plus loin, sur l'écume des vagues... un feu d'artifice jaillit sans cesse. Il nous suivra toute la nuit. Magie et beauté d'une lueur à nos "pieds". Tellement beau. Partant du bateau, pour s'éteindre dans l'eau un peu plus loin, des milliers d'étoiles s'allument et s'éteignent dans la mer, comme un immense brasier. sans cesse renouvelé... Je n'ai pas pris de photos. Je n'aurai pas pu, je ne voulais pas. Il y a des temps qu'on préfère admirer et en garder la force du souvenir au lieu de les amoindrir en voulant les piéger dans une cage.
Jamais je n'oublierai cette nuit. Et même si à mon tour de repos, je suis descendue m'allonger avec joie, vidée de ma veille, j'ai emmené avec moi toutes les étoiles qui nageaient en surface. Elle nagent encore en moi ce soir... et à chaque moment où j'y pense.




Paul, merci.
Ces quelques mots ne sont rien qu'un tout petit échantillon de ce que j'ai ramené de ce temps sur ton voilier.

FH000012

Posté par BiWi à 20:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]